Cuisine

L’alimentation saine au Japon, une légende





 

Il est temps d’aborder un sujet qui fâche, un sujet qui me sensibilise, un sujet qui m’a rendu la vie difficile depuis que je suis au Japon: l’alimentation.

 

Si vous êtes déjà partis au Japon, long ou court terme, juste avant de partir vous avez surement du entendre « tu vas maigrir, ils mangent que du poisson cru » et tout ce genre de clichés. Ou alors vous faites partie de ces gens qui pensent ça, et si c’est le cas, restez, car je vais rétablir la vérité.

Juste avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de préciser qu’il ne s’agit que de mon cas personnel, de mon style de vie, de mon organisme, et que ce que je vais raconter n’est pas arrivé à toutes les personnes ayant vécues au Japon assez longtemps pour voir quelque chose de changer.

 

Mon corps, la balance et moi

Si vous me suivez régulièrement, vous savez que l’année dernière j’ai pris le temps pour moi, le temps d’aller à la salle et d’aimer ça, et j’ai pu voir mon corps changer. Je n’avais certes pas beaucoup perdu de poids, mais je m’étais amincie. Le chiffre sur la balance il y a un an me rendait grognon parce que j’ai eu l’impression qu’il n’y avait pas de changement, alors qu’il y en avait réellement, et aujourd’hui seulement je me rends compte. Depuis ma naissance, je n’ai jamais étais super mince, il suffit de voir ma grosse tête sur les photos bébés. Et depuis l’enfance, là où la graisse se place en premier c’est mon ventre. Ce ventre potelé, ce ventre chamallow comme on me l’a dis, cette partie du corps qui me complexe le plus, que je rentre pendant une photo, que je cache avec des gilets ou couvertures. Après 6 mois au Japon, j’ai pu voir que tous les efforts que j’avais fais après 3 mois de TBC et 4 mois de salle, et plus de 200km de course, disparaitre en un claquement de doigt. Et quand je suis montée sur la balance et vu ce chiffre que je n’ai jamais vu avant, ça m’a rendu malade.

 

Le Japon, ce pays des skinny

Alors j’ai absolument pas choisi le pays où j’allais décomplexer de mon corps. Toutes les filles (90% du temps, qu’on soit clair) sont petites, minces, avec des super beau cheveux qui restent beaux même décolorés, et tout le monde aime ça. Et à côté vous avez moi, 1m73, avec des hanches et un ventre. Dans les périodes les plus dur psychologiquement, j’ai l’impression d’être un ogre à côté d’elles. Et les pubs par milliers, pour vous encourager à mincir n’aident pas. Et les filles déjà super minces qui veulent encore maigrir, ne m’aident pas. Il y a un vrai problème à ce niveau au Japon, et rien n’est mis en place pour améliorer ça.

 

 

Le Japon, ce pays où l’on mange sain.

Il est temps d’aborder la plus grosse partie de cette article: l’alimentation. Non, l’alimentation au Japon n’est pas saine, non les sushi ce n’est pas sain, et non au Japon ils ne mangent pas que du poisson cru matin, midi, soir.
Les Japonais adorent le sucre, adore le gras, adore la nourriture fris, et c’est en général ce qui compose leur repas. La différence c’est que c’est en petite quantité, et que les accompagnements sont du riz et de la soupe miso. Quand vous arrivez au Japon, il faut vous adapter, il faut vous adapter à votre budget, il faut vous adapter à l’endroit où vous habiter, il faut vous adapter aux supermarchés Japonais. Au Japon, manger dehors et gras reviendra beaucoup moins cher que si on veut se faire une assiette de légume avec un poisson blanc.

Les premiers temps, j’ai essayé de reproduire mon alimentation française, résultat: de l’argent envolé. Depuis plusieurs semaines maintenant je pense avoir trouvé un équilibre. Je me suis également habituée à manger des aliments dont je n’avais pas l’habitude avant, et à apprécier ça. Un des gros changements depuis cet été: je ne mange plus de viande. Je ferai également un article sur ce que j’aime manger depuis que je suis là et quelques idées de recettes.

 

 

Un autre problème pour moi: le sucre. Le sucre est présent partout au Japon, même dans des aliments où il ne devrait pas y en avoir. Puis, il y a tous ces nouveaux snack que j’ai découvert et que j’adore manger. Résultat, mon addiction au sucre a augmenté de façon démesurée. Et c’est ça qui m’a fait prendre tous ces kilos. J’essaye comme je peux petit à petit de m’en détacher, mais c’est très très dur, j’ai l’impression d’être une imbécile à chaque fois que je craque. Mais le sucre est un vrai problème addictif qui n’a pas simplement des répercussion physique mais également psychologique, c’est pour ça que la transition doit se faire petit à petit et que j’ai l’impression de ne pas y arriver.

 

 

 

L’acceptation du changement

Il est clair que je n’ai pas l’emploi du temps qui match avec le fait de faire du sport régulièrement et d’avoir le temps de cuisiner à chaque repas, j’essaie de m’organiser comme je peux néanmoins.
J’essaie également de me mettre dans la tête que prendre du poids fait parti de l’engagement quand tu pars à l’étranger, qu’on n’y peut rien. J’ai toujours ce sentiment de culpabilité quand je fais un écart de trop. Maintenant je travaille sur le fait de ne pas culpabiliser tout en faisant un maximum attention, sinon c’est un cercle vicieux.

 

Avez-vous eu des problèmes d’alimentation quand vous êtes partis à l’étranger? Partagez votre expérience en commentaire !

 

Love.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 responses to “L’alimentation saine au Japon, une légende

  1. C’est vrai que l’alimentation japonaise est moins saine qu’on pourrait le penser et moins équilibrée aussi (la pre,ière fois que j’ai vu le combo pâtes, riz et pdt dans un même repas) mais je la trouve quand même un peu plus saine que la cuisine traditionnelle française avec ses sauces, beurre ,entrée, plat, dessert, etc.

    Perso j’ai vachement maigri à mon arrivée au Japon mais je me souviens que mes profs disaient que les étrangers avaient tendance à prendre du poids en arrivant ici.

    1. C’est sur que certaines fois ils n’arrivent pas à trouver le bon équilibre dans un repas. C’est sur qu’en terme général, c’est un peu plus équilibré. Je pense que ce qui m’a trahi ici c’est tous les snack, les mochi, la pâtes d’haricots rouges et les glaces du combini !

  2. Hello!
    Alors je n’ai été qu’une semaine au Japon, je ne crois pas pouvoir vraiment donner mon avis sur la cuisine. J’avais très bien mangé, mais sans compter mes calories.
    J’ai déménagé à Londres il y a 8 mois de cela, et j’avais assez peur niveau poids. En général, quand on part à l’étranger, soit on perds beaucoup, soit on gagne beaucoup. Je fais personnellement partie de la première option. En même temps, mon mode de vie a drastiquement changé. Moi qui étais aux études ou en certificat médical par la suite pendant près d’un an, je me suis retrouvée à plein temps barman/serveuse. Je ne fais aucun sport, mais mon travail me suffit. Le mode de vie influence énormément, comme tu le dis.
    Par contre, j’ai pris un peu de ventre en allant trop aux pubs : »D

    Bises!

    1. Hello !

      Ahahah l’alcool c’est tout dans le bidou !
      Quand j’étais étudiante, j’étais serveuse dans un resto qui était très fréquenté donc à courir partout, j’avais perdu beaucoup de poids à ce moment !

      Merci pour ton témoignage :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *